Pôle pédagogique  STIV'Air 

Simulateurs de travail d'incidents de Vol, de pilotage, d'extraction et pliage de secours.

Développement de l'idée.

L'idée a germée dans la tête de Jimmy, un des plus anciens pilotes du club qui a vu son ami taper le sol après une fermeture non pilotée. Cent cinquante mètres d'autorotation et sketchs qui en découlent, le tout sans tirer le secours dont-il était pourtant équipé. Cétait en 2000, polytromatisé grave, il revole depuis. Ouf ! salut Didier, il se reconnaitra

Mais "plus jamais ça" dans son esprit, il faut trouver une méthode efficace et sans risque pour préparer les pilotes en formation à un pilotage efficace des fermetures avant de chercher à créer l'incident... pour apprendre à le gérer. Une zone à risque considérable au cours de l'apprentissage, paradoxe aéraonautique résolu dans l'aviation par les simulateurs.

Sur son initiative et sa reflexion, un outil électromécanique a été mis au point et réalisé en collaboration entre notre jeune club à l'époque Air Cluny Vol Libre , l'Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers, ENSAM ParisTech Cluny  et ABC Informatique de Cluny .  Les élévateurs à déclenchement spécialement étudiés ont étés cousus par Rip'Air à l'époque de Bertrand et les premiers essais sur une tyrolienne chez Horizon Parapente avec Nicolas un pionnier du travail sur tyro. Un grand merci à toutes ces aidants.

Cet outil nous permet de réfléchir et travailler sur les automatismes de pilotage dans les fermetures dissymétriques ( asymétriques pour d'autres) en particulier, ainsi que sur l'extraction réelle des parachutes de secours, en mettant en exergue la position et les formes de poignées des secours. Les stages SIV existent et évoluent, nous y souscrivons, mais la fréquence du geste n'est pas assez répétitive pour générer un automatisme chez le pilote. Réservé aux sites "sur l'eau" avec toute une infrastructure spécialisée, la SIV c'est bien et enrichissant, mais il y a un chaînon manquant avant cette option .

L'idée Stiv'Air n'est pas à confondre avec les simulateurs vidéo de pilotage que l'on voit actuellement fleurir dans les salons, ici le pilote est embarqué avec son matériel personnel, le but recherché est de reproduire de nombreuses fois l'incident de façon intensive afin d'acquérir le bon automatisme en réaction. Le tout sur son équipement habituel, ce qui lui permet aussi de le tester et le règler.

A la base, nous partons du principe qu'il est préférable de savoir piloter un incident "gérable" avant de chercher à l'enrayer radicalement au parachute secours, réserve non anodine qui s'apparente plutôt à la dernière chance. Ce qui n'empêche pas d'y travailler bien entendu, en particulier pour la position des poignées et la gestuelle appropriée à l'extraction. Par contre nous savons qu'un secours enraye systématiquement les rotations... donc il en faut un absolument.

En réalité, on ne tombe pas toujours à l'eau du lac accueillant avec un bateau de récupe sous la main... Rivière, torrents, ressac en bords de mer, l'eau n'est pas la meilleur de nos amies. D'autres automatismes à envisager..? Une autre idée à creuser, les militaires ont déjà leurs techniques.

Privilégier une formation aux automatismes, dans un environnement sans risque pour l'apprenti pilote et en économisant le stress de l'encadrement de la SIV réelle, nous semble donc une orientation à creuser pour tout ce qui présente la sortie des domaines de vol.

Cet outil, utilisé au départ en pendulaire et rotation en salle avec commande manuelle, a évolué vers un défilement linéaire sur tyrolienne et commande télécommandée. La simulation de décrochage dissymétrique s'effectue donc à distance par un opérateur tiers, avec le choix, du moment et du coté de déclenchement.

Avec le bruis de roulage, la surprise est totale et évite l'aspect prévisible par le pilote de toutes les autres techniques actuelles de simulation. Déjà les résultats entrevus jettent un éclairage particulièrement explicite quant à la position et la conception de la poignée des parachutes secours... Poignée proéminante, rigide, dans le champ de vison axial et préhensible des deux mains et à deux mains sont des critères qui semblent se confirmer sérieusement pour optimiser le résultat. Résistance surprenante des velcros sur certains modèle de containers. Mauvais pliages même neufs.

Le simulateur  (1er essai) . Le pôle a été réalisé exclusivement par des bénévoles. Son historique en photo.

C'est peut-être le chaînon manquant entre les pratiques statiques en portique, un peu trop "téléphoné". Nous pensons le stage SIV, plus orienté sur le point des acquis et le réglages des tempo plutôt que sur la formation de base à un automatisme.

Au fil du développement, des idées complémentaires sont venues s'ajouter à l'idée de base. En effet, loin des centres commerciaux spécialisés pour plier les secours, nous avons toujours plié nos parachutes au sein du club, la salle pédagogique  a été adapté à cet effet, nour plions sur tables. Un pilote doit aussi être autonome sur ce plan, la simulation qui suit confirme par la preuve à l'ouverture, le résultat de son pliage.

Le simple outil a évolué en un pôle pédagogique polyvalent, avec possibilité d'un circuit complet. On part du local, on monte au départ tyro sur la terrasse, on simule l'assymétrique, on tire éventuellement le secours et de l'arrivée au pied de la tyro on remonte en salle de pliage pour recommencer.

Dix ans après, 1500 h de bénévolat et 48 000 € d'investissement, aidé financièrement par la Région Bourgogne - Franche-Comté, le CNDS, la Ligue BFC, la commission sécurité FFVL, l'ENSAM de Cluny, la ville de Cluny, des mécènes industriels et du sponsoring...  l'idée saugrenue est devenue réalité.

Actualités :

Nous sommes fin septembre 2018 et notre pôle pédagogique est techniquement finalisé.  STIV'Air est sur une tyrolienne de 150 m qui part de la terrasse sécurisé par l'intérieur du bâtiment, une salle pédagogique de pliage sur tables modulables est disponible, un simulateur de pilotage en salle sur lequel nous travaillons les positions, transferts de charge et regard du pilote a été créé, des tableaux et un vidéoprojecteur sont en place pour aider les équipes pédagogiques.

Il nous reste à investir sur un système de prises de vues vidéo qui retransmettrait en salle, nous y réfléchissons... et surtout nous recherchons le financement.

Cerise sur le gâteau, notre installation vient d'être courronnée à la Coupe Icare 2018 par le 1er prix des BIP de la sécurité, un geste encourageant de la part de notre fedération.

Notre but utime en 2019 est de mettre cet équipement à disposition des groupes d'adhérents FFVL, Club FFVL , écoles EVFL. Chaque groupe venant avec son équipe pédagogique, nous ne faisons pas de prestation.

Nous formons actuellement nos opérateur internes ( OPI) bénévoles, puis nous proposerons des formations d'opérateurs extérieurs ( OPEx) en collaboration avec la FFVL et la Ligue pour que les groupes, intéressés comme utilisateurs réguliers, deviennent autonomes.

Contactez-nous si vous êtes sensibles à cette idée.

 

1er prix BIP de la sécurité 2018



 


                                                                                    Retour accueil